Les professionnels africains de la santé poursuivent la trajectoire épousée depuis  un certain nombre d’années pour compenser le déficit de l’Afrique en infrastructure sanitaire et en personnel soignant (en moyenne 2 médecins pour 10 000 habitants) : celle de la e-santé.
L’accessibilité d’équipements liés aux nouvelles technologies numériques est à fort taux de pénétration : 45 % des Africains possèdent des smartphones (rapport de la mobile economy GSMA 2020). Les applications mobiles sont nombreuses pour favoriser le partage d’information entre pairs, ce qui est précieux en temps de crise.
De la fourniture de sang par drone au Rwanda et au Ghana à l’application d’autodiagnostic FahS (« ausculter » en arabe) développée par l’entreprise technologique algérienne Brenco, l’article du Point Afrique énumère les nombreuses innovations et perspectives de la e-santé en Afrique.

L’article derrière ce lien