Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et le Comité national pilote d’éthique du numérique (CNPEN) ont publié un AVIS COMMUN (AVIS 141 CCNE / AVIS 4 CNPEN) bourrés de recommandations et de points de vigilance qui visent à tracer une route éthique aux usages très prometteurs des SIADM.
Cette route parait complexe tant les considérations économiques sont fortes dans un contexte de ressources médicales et hospitalières rares. L’influence de cette pression économique dans la transformation du système de santé par le numérique représente un questionnement éthique majeur et les SIADM doivent faire l’objet d’une attention particulière dans le champ médical, notamment en raison du gain de temps qu’ils promettent dans un contexte de raréfaction des ressources du domaine. Par ailleurs, il reste capital que la qualité des soins prévale sur les intérêts économiques associés au développement des SIADM.
L’encadrement des SIADM reste à construire. L’évaluation des SIADM doit protèger la relation de soin et la certification est une étape cruciale pour des SIADM de confiance.
Nous retiendrons la dernière proposition de cet avis qui concerne un « nouveau statut qui pourrait être promu par le système de soins, celui « d’auxiliaire numérique » ou « aidant numérique » qui aiderait les patients à mieux comprendre les enjeux des SIADM auxquels ils pourraient être confrontés. Il s’agirait d’un auxiliaire dont la fonction serait d’éviter que la difficulté d’accès au numérique ne vienne se surajouter à une difficulté d’accès aux soins. Il conviendrait aussi d’établir une modalité de certification des compétences associées à ce rôle. »

Le communiqué de presse de l’avis :
https://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/2023-01/Communiqu%C3%A9%20de%20presse%20141.pdf

L’avis intégral :
https://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/2023-01/Avis%20141%20Diagnostic%20M%C3%A9dical%20et%20Intelligence%20Artificielle%20%20Enjeux%20Ethiques.pdf

Aller au contenu principal